vendredi 5 mai 2017

Défi zéro shopping





Il y a quelques mois, je me suis lancé un défi: ne plus acheter de vêtements, accessoires, chaussures ou sacs pendant un an.

Mon dernier achat de ce type date du mois de novembre lors de notre voyage au Japon. Etant très petite, j'ai souvent du mal à trouver des vêtements à ma taille dans les rayons femmes des magasins européens. Au Japon, je suis dans la moyenne, les vêtements ont donc la coupe parfaite.

J'en ai donc profité pour acheter quelques pièces de bonne qualité chez Muji.

C'était avant de me conscientiser à la problématique de la mode et de son impact sur l'environnement.

J'ai été pendant des années une grande consommatrice de fast fashion. Je n'ose même pas penser à tous les vêtements et accessoires que j'ai pu acheter sur un coup de tête, pour correspondre à un style que j'avais vu sur Pinterest ou pour "changer un peu".

A chaque fois, dès que je me lassais d'une pièce, je la donnais ou la revendais, mon dressing était une plaque tournante de la fast fashion.

Le temps passe et mon style s'est assagi (on peut dire que je suis passée par tous les côtés obscurs de la mode).

J'ai voulu simplifier ma garde-robe et la réduction a si bien opéré que la totalité de mes vêtements tient dans une valise.

Dans notre société de surconsommation où nous sommes assaillis en permanence par des publicités, il est difficile de résister à la tentation. Dès que je me rends sur un site de matériel outdoor, par exemple, des annonces ciblées envahissent mes fils d'actus.

Après le Japon, je me suis plantée face à mon dressing et j'ai fait le point.

En dehors de mes uniformes pour le travail, que je porte 5jours/semaine, j'ai tout le nécessaire pour survivre 4 saisons. Et si on en croit Béa Johnson, j'ai même beaucoup plus qu'elle!

Je me suis donc lancé le défi de me contenter de ce que j'ai et de ne plus acheter de vêtements pendant un an.

Ni vêtements, accessoires, chaussures, sacs, sous-vêtements, chaussettes,... Aussi bien pour la vie quotidienne que pour la randonnée (sport que nous pratiquons toutes les semaines).

Exit donc mon projet de remplacer mes chaussures de marche (un peu trouées mais elles tiendront encore jusqu'en 2018).

Aujourd'hui, cela fait 6 mois que je me suis lancée ce défi. Et je suis contente de dire que je n'ai pas flanché!

Comment ai-je procédé?

👚 J'ai désinstallé toutes les applications de vente en ligne de mon smartphone. Fini Zalando, Esprit, WE, H&M, et compagnie... Je me suis également désinscrite des newsletters de ces entreprises. 

👚 Je me suis informée sur la problématique de la fast fashion et sur son impact environnemental, la meilleure façon de se retenir dans les rayons d'un magasin de vêtements est de savoir ce qu'il en a coûté à la planète pour produire un bout de tissu qui ne nous est pas indispensable... 

👚 Je réfléchis à deux fois avant d'acheter. Je me pose les questions habituelles: En ai-je besoin? N'ai-je pas déjà une pièce similaire dans mon dressing? Est-ce de bonne qualité, fait pour durer des années? Est-ce que cette pièce peut s'assortir avec tout? etc. Jusqu'à présent, 100% de mes "coups de cœur" depuis le commencement du défi ont été recalés à la première question... 

👚 Je me fais une raison. Non pas que je me "résigne" à ne pas acheter, je ne ressens pas de manque, au contraire. Dès que mon esprit a enregistré que je n'allais plus acheter de vêtements/chaussures/accessoires pendant au moins un an, ce sujet m'est totalement sorti de l'esprit, je ne suis tout simplement plus concernée. Je passe chaque jour devant des vitrines qui déploient des trésors d'ingéniosité et de publicité pour me donner envie d'acheter... Mon esprit filtre les informations et je passe devant ces vitrines sans les voir. 

👚 Résultat du point précédent: je ne rentre plus dans les magasin de vêtements. Éliminer les tentations est le meilleur moyen de mener à bien cette expérience. 

Que faire après?

J'ignore encore comment va se terminer ce défi. Vais-je le reconduire pour une durée déterminée? Vais-je m'acheter un dressing entier dès le jour J+366? 
Lorsque je devrais (absolument) m'acheter un vêtement, irais-je vers le seconde main (la solution la plus écologique), vers le fairtrade, le bio, les fibres naturelles, ou la fast fashion en passant mes achats potentiels au rayon X pour être sûre d'acheter de la qualité? 

Aucune idée. La bonne nouvelle c'est que j'ai un autre sujet d'article pour ce blog prévu pour fin d'année!